Ministère des Affaires Etrangères, de la Cooperation Internationale et de l'Intégration Africaine

Accueil - Affaires Etrangères - INSTITUT DE SONDAGE MALI-METRE 8 EN LIGNE
INSTITUT DE SONDAGE MALI-METRE 8 EN LIGNE

INSTITUT DE SONDAGE MALI-METRE 8 EN LIGNE

Sur le plan politique, à plus d’un an des élections (l’enquête porte sur la période novembre-décembre 2016), la cote de popularité du chef de l’état est sur un fil :

« Plus de la moitié de la population (52%) déclare ne pas être satisfaite des actions du Président (avec 28% de plutôt insatisfaits et 24% de très insatisfaits). En revanche, 46% de la population se disent globalement satisfaits des actions du Président de la République (avec 34% de plutôt satisfaits et 12% de très satisfaits). Par ailleurs, 41% des citoyen (ne)s estiment que leur niveau de confiance en le Président de la République a diminué au cours des douze derniers mois. »

Au vu de certaines casseroles, on aurait pu s’attendre à pire…

 

Apparemment l’opposition n’arrive pas à capitaliser sur la relative insatisfaction de la population à l’égard du président et du gouvernement. Elle semble logée à la même enseigne, et peut-être même pire…

 

« Il ressort des résultats que 48% des citoyens sont insatisfaits des actions de l’opposition et 29% en sont satisfaits.

Toutefois, 24% n’ont pas pu donner leur avis (proportion de la modalité « ne sait pas »). »

1

 

L’enquête met également en évidence les principaux thèmes que les maliens tiennent à cœur :

 

2
L’opposition malienne arrive-t-elle à se positionner par rapport à ces thèmes et à bâtir une image de crédibilité autour des solutions qu’elle proposerait à ces problèmes ? Au vu des résultats de l’enquête, il semblerait qu’il y ait encore pas mal de pain sur la planche…

 

Autres enseignements :

  • Force de la radio et faiblesse des « réseaux sociaux » en ce qui concerne les sources d’information :

3

  • Contrairement au public de Malilink, les maliens semblent faire confiance à l’Accord de Paix pour ramener la paix dans le pays :

« Quant au retour de la paix, de la stabilité et de la sécurité au Mali, près de deux tiers des citoyens (65%) estiment avoir confiance en l’accord (25% qui ont totalement confiance en l’accord).

Moins de la moitié des personnes interrogées a « totalement confiance » en l’accord avec les plus forts taux enregistrés à Taoudénit (36,7%) et Gao (33,7%). Kidal est la région qui fait le moins confiance à 45% pendant que Tombouctou affiche la plus forte confiance partielle (62,6%).

 

La confiance en l’accord est élevée, quel que soit le niveau d’instruction, à plus de 60%. Il en est de même pour les femmes et les hommes.

 

Dans l’ensemble, 68% des citoyens estiment avoir confiance en l’accord pour assurer le développement à travers sa mise en œuvre. »

 

  • Les maliens font plus confiance aux forces de sécurité locales qu’aux forces étrangères et qu’aux groupes armés.

4

  • Faible satisfaction de la MINUSMA :

« Concernant le travail de la MINUSMA au Mali, 39% des citoyen (ne)s disent en être satisfait (e)s (avec 10% très satisfaits et 29% plutôt satisfaits) contre 42% qui ne le sont pas (16% de plutôt insatisfaits et 26% de très insatisfaits).

L’analyse par région montre que dans les villes de Gao et Ménaka, quatre citoyen (ne)s sur cinq, soit respectivement 81% et 79%, se déclarent satisfait (e)s du travail de la MINUSMA. Il en est de même dans les villes de Mopti (61%), Tombouctou (66%) et Taoudénit (60%) où la majorité de la population estime être satisfaite du travail de la MINUSMA.

Dans la ville de Kidal, trois citoyen (ne)s sur quatre (75,3%) sont insatisfait €s du travail de la MINUSMA (avec 54% de très insatisfaits et 21% de plutôt satisfaits) contre 20% qui disent être satisfaits du travail accompli par la MINUSMA. Tout comme à Kidal, dans la capitale Bamako, 63% des citoyen (ne)s sont insatisfait (e)s du travail de la MINUSMA contre 23% de Bamakois (e)s qui n’en sont pas satisfait (e)s.

Les plus bas taux de satisfaction sont enregistrés à Bamako (22,6%) et Kidal (20,5%).Sikasso (30,3%) et Koulikoro (27,6%) affichent les pourcentages les plus élevés de « sans opinion ». »

5

  • Barkhane a toutefois un meilleur score :

« Près de la moitié des citoyen (ne)s (48,6%) se déclarent satisfait (e)s du travail de BARKHANE au Mali (13,2% très satisfaits et 35,6% plutôt satisfaits) contre 36% (16,6% de plutôt satisfaits et 19,8% de très insatisfaits) qui estiment le contraire.

 

Les principaux reproches formulés à l’encontre des forces armées françaises sont : « ne pas protéger les populations contre les violences des groupes armés et rebelles » (56%), « être complice des groupes armés » (44%) ; et « soutenir la partition du pays » (24%).

 

Pour ce qui est de la confiance aux forces armées françaises, 16% des citoyen (ne)s disent que leur niveau de confiance en BARKHANE a augmenté (depuis le début de l’intervention militaire de la France à aujourd’hui).

Par contre, le niveau de confiance en BAKHANE a diminué pour 39% des citoyen (ne)s et il est resté inchangé pour 31%. »

  • Les maliens restent optimistes :

« Au regard de la situation actuelle, les citoyen (ne)s sont optimistes quant à une évolution positive de la situation générale du pays dans les six prochains mois. Pour 58% des personnes enquêtées, la situation s’améliorera ; 24% pensent qu’elle ne va pas changer et 10% misent sur une détérioration.

 

Les Malien (ne)s croient à 58% en une amélioration des conditions générales du pays dans les 6 prochains mois, quel que soit le niveau d’instruction. Ce pourcentage est plus élevé chez ceux du niveau primaire (61,3%) suivis de « sans niveau » avec 58%. Les enquêté (e)s de niveau supérieur sont ceux qui voient une détérioration de la situation avec 20%. »

6

rfwbs-slide